Panier

Votre panier est vide

Total TTC : 0,00 €

Voir le panier

Mon compte

Connectez-vous pour accéder à votre compte (connexion)

Le bambou

"Entre ciel et terre, ressemblant à un arbre mais n’en étant pas un, ressemblant à une herbe mais n’en étant pas une, il y a le bambou… Sa beauté, son élégance ont quelque chose de divin et de surnaturel qui inspire plus que l’admiration…"(CHEN HAOZI, 1688, Miroir des Fleurs : guide pratique du jardinier amateur en Chine au XVII° siècle, traduit du chinois par J. Halphen, édition préparée par Georges Métailié, Actes Sud).

Plante aux particularités uniques dans le monde végétal, qui représente l’Asie, au même titre que le panda, reste très largement utilisée en tant que plante ornementale, plante alimentaire et matériau. On en recessence plus d'un millier d'espèces à travers le globe. Le bambou possède des caractéristiques différentes suivant la variété dont il dépend, qui elles-mêmes dépendent de l'endroit où la plante pousse (nature du terrain, climat et l'altitude). Ainsi, il peut y avoir de grandes différences de taille, de forme et de couleur.

Le marché mondial du bambou, dominé par la Chine, est en pleine expansion en raison d’un accroissement de la demande en produits respectueux de l’environnement en Europe et aux États-Unis. D’après le Réseau International sur le Bambou et le Rotin (INBAR), celui-ci représente aujourd’hui près de 60 milliards de dollars. La Chine avance qu’il existe près de 10000 façons de d’utiliser le bambou !

Les jeunes pousses de bambou (appelées turions), tendres et délicates, représentent un légume qui peut accompagner différents plats près avoir été sautées, braisées, bouillies, passées à la vapeur ou encore confites etassaisonnées. La production de pousses de bambou représente une branche importante du commerce intérieur chinois mais aussi des exportations à travers le monde entier.

Le bois est utilisé dans la fabrication de meubles, d’ustensiles de cuisine (Bols, passoires, étuves, plateaux, baguettes…etc.), mais aussi d’objets de décoration comme des éventails par exemple.

Les feuilles de bambou :

  • Elles peuvent être infusées et possèdent des effets bons pour la santé :

    • Anti-inflammatoire :

La sève de bambou transformée en poudre sèche exerce une action positive contre les inflammations chroniques des articulations (polyarthrite rhumatoïde). Elle soulage aussi les tendinites, les douleurs vertébrales dues aux mauvaises postures.

  • Antivieillissement :

En stimulant la synthèse du collagène présent dans les tissus osseux et conjonctifs, la silice freine les effets du vieillissement et des processus dégénératifs comme l'arthrose. Elle favorise la reconstruction du cartilage et améliore ainsi la mobilité.

  • Reminéralisant :

Grâce à l'implication de la silice dans la fixation du calcium et la formation des os, le bambou évite la déminéralisation responsable de la fragilité osseuse (ostéoporose) qui se produit notamment à la ménopause. Il consolide aussi les ongles, les cheveux et la peau.

  • Hypoglycémiant :

Il abaisse nettement le niveau de glucose dans le sang.

  • Antispasmodique :

Cette propriété concerne les feuilles dont les propriétés stimulent les fonctions digestives, soulagent les ulcères gastriques chroniques.

  • Elles peuvent aussi servir dans la conception des Zongzi. Il s'agit de riz gluant souvent fourré, enveloppé dans des feuilles de bambou, et cuit à la vapeur ou à l'eau. Différents ingrédients peuvent être utilisés isolés ou combinés. Pour les farces salées, on emploie le plus souvent de la viande de porc, des jaunes d'œuf de cane salés, des arachides, des champignons noirs, des petites crevettes séchées, des lamelles de navet séché et des échalotes. Les farces sucrées sont presque toujours à base de pâte de haricot rouge. Certains, non fourrés, sont faits avec un riz gluant spécial qui, cuit longtemps, donne une pâte un peu translucide dans laquelle les grains de riz ont « fondu ». Appelés « zongzis cristallins », ils sont consommés froids ou légèrement glacés, trempés dans du sucre en poudre, du sirop ou du miel.

Une autre de ces utilisations, plutôt originale, est le vieillissement d’une liqueur forte dans le tronc de jeunes bambous vivants : une méthode censée conférer au breuvage de nouveaux arômes et même des vertus médicinales. C’est au cœur du Fujian, une province de l'est de la Chine qu’elle a pris naissance. On introduit la liqueur de céréales via des techniques d'injection à haute pression directement dans le tronc des bambous afin que l'ouverture pratiquée cicatrise en quelques jours. L'alcool va macérer pendant une période plus ou moins longue, avant que les bambous ne soient abattus. Ainsi, la liqueur se mêle à la flavone (liquide organique du tronc) et à la sève du bambou qui sont réputées en pharmacopée traditionnelle chinoise, pour leurs vertus détoxifiantes et pour soigner les poumons.